Interdiction de cumul et arrêt précoce

Aucun pseudocode de l’article 7 (kinésithérapie) et de l’article 22 (médecine physique) de l’arrêté royal du 14 septembre 1984 établissant la nomenclature des prestations médicales ne peut être facturé pour la rééducation après arthroplastie primaire du genou ou de la hanche en plus des forfaits décrits dans la convention.

L’interdiction de cumul suivante ne s’applique qu’aux prestations en nature fournies dans le cadre de la rééducation après une arthroplastie primaire du genou ou de la hanche. Les prestations en nature dont le bénéficiaire a besoin pour le traitement d’une autre affection ne relèvent pas de cette interdiction cumulative.

Fin de rééducation précoce avec moveUP

En cas d’arrêt précoce, le passage à un traitement classique permet d’assurer la continuité de la rééducation après une arthroplastie primaire du genou ou de la hanche.

Administration à effectuer en cas d’arrêt précoce
• Le patient a besoin d’une nouvelle ordonnance du médecin pour la kinésithérapie.
• La raison de l’arrêt demoveUP doit être enregistrée sur la plateforme moveUP par le kinésithérapeute effectuant le suivi.

Date d’arrêt moveUPArticle 7 et 22 de l’arrêté royal du 14 septembre 1984
Si le patient ne commence pasLes 60 sessions peuvent être utilisées
<2 semaines8 séances sont considérées comme utilisées, 52 séances restantes
2-4 semaines15 séances sont considérées comme utilisées, 45 séances restantes
5-6 semaines23 séances sont considérées comme utilisées, 37 séances restantes
7-8 semaines30 séances sont considérées comme utilisées, 30 séances restantes
9-10 semaines38 séances sont considérées comme utilisées, 22 séances restantes
11-12 semainesÀ partir de la 13e semaine: seuls les codes 563054, 563150, 563253, 563356, 563452, 564594 de l’article 7 et tous les codes de l’article 22 de la nomenclature peuvent être attestés.
Updated on novembre 26, 2021

Cet article vous a-t-il été utile ?

Articles liés

Vous avez encore besoin d'aide ?